Skip to content

Devenir orthophoniste

Devenir orthophoniste

image_printPrint Button

Devenir orthophoniste est profession réglementée, qui correspond parfaitement aux personnes désireuses de travailler dans le secteur paramédical.

Il est nécessaire de suivre de longues études pour y accéder. Divers profils évoluent dans le métier, même si elle requiert des compétences et qualités particulières.

Qu’est-ce qu’un orthophoniste ?

Le professionnel de santé intervient uniquement sur prescription médicale et traite les déficiences de la communication écrite et orale, et divers troubles qui y sont associés. La majorité de ses patients sont des enfants. Parmi les adultes qui le consultent, on retrouve surtout des personnes :

  • Atteintes d’un AVC ou accident vasculaire cérébral ;
  • Ayant subi une intervention chirurgicale.

Quelles sont les principales missions de l’orthophoniste ?

Les principales prestations de l’orthophoniste sont :

  • Le dépistage des troubles ;
  • Le bilan orthophonique ;
  • La rééducation ;
  • L’information et le conseil ;
  • La promotion de la santé.

Lors d’une première consultation, il dresse un bilan prenant en considération l’environnement social de son client. Il est en mesure de reconnaître les troubles de la :

  • Voix ;
  • Déglutition ;
  • Respiration.

Dans la liste des troubles pris en charge par l’orthophoniste figurent :

  • Le retard de langage ;
  • Les défauts de prononciation ;
  • La dyslexie ;
  • Le bégaiement ;
  • Les difficultés à écrire.

Mais, il traite également :

  • Des troubles neurologiques (maladie d’Alzheimer ou de Parkinson par exemple) ;
  • La surdité ;
  • Des maladies neurodégénératives ;
  • Les troubles du spectre autistique ;
  • Des maladies génétiques.

Quelles sont les qualités et compétences requises pour devenir orthophoniste ?

Pour devenir orthophoniste, il est important de développer différentes qualités personnelles et professionnelles parmi lesquelles on peut citer :

  • La patience ;
  • Un bon équilibre personnel ;
  • La capacité d’écoute ;
  • La polyvalence ;
  • Le dynamisme ;
  • Le sens du relationnel ;
  • Le sens de la pédagogie.

Il faut que cet auxiliaire de santé sache utiliser divers outils selon les pathologies traitées, lourdes ou légères. Tout au long de sa carrière, il doit rester au courant des dernières innovations en matière de soins.

Il convient également de savoir que pour exercer le métier, il est obligatoire de posséder un CCO ou certificat de capacité d’orthophoniste. Il est également essentiel d’avoir de bonnes connaissances en :

  • Psychologie ;
  • Langue française (orthographe et grammaire) ;
  • Phonétique ;
  • Sciences.

En effet, les étudiants en orthophonie doivent être forts en :

  • Sciences du langage ;
  • Sciences et relations humaines.
Bon à savoir : il s’agit d’un métier très prenant, surtout pour le praticien libéral. Il est alors important de ne pas négliger ce paramètre lorsque l’on cherche à devenir orthophoniste, surtout pour les parents.

Quelles sont les formations à suivre pour devenir orthophoniste ?

Pour devenir orthophoniste, il est nécessaire de suivre un cursus d’études post-bac ainsi que des stages. À l’issue de la formation, l’apprenant aura à passer un concours d’accès comprenant :

  • Des tests psychotechniques ;
  • Des épreuves orales ;
  • Un entretien avec un jury.

Les étudiants sont issus de parcours très variés et de toutes les filières, mais les profils littéraires sont plus recherchés. Concernant les études, elles durent cinq ans au total. Le cursus doit être suivi au sein d’une école spécialisée. En France, il en existe près d’une vingtaine.

Où l’orthophoniste exerce-t-il son travail ?

L’orthophoniste s’installe le plus souvent en libéral, mais il peut également exercer son travail au sein de structures variées, aussi bien dans le privé que dans le public en tant que salarié et dispose d’un contrat de travail. Il a même le choix d’opter pour un statut mixte. Il est tout aussi important de savoir qu’il travaille généralement en collaboration avec d’autres professionnels du secteur paramédical et médical tels que :

  • Masseur-kinésithérapeute ;
  • Ergothérapeute ;
  • Psychologue libéral ;
  • Psychomotricien ;
  • Orthoptiste.

Un orthophoniste souhaitant exercer en libéral peut choisir de créer une société commerciale. Une profession libérale n’est donc pas exclusivement exercée sous la forme d’une entreprise individuelle. Il est donc possible de créer une société d’exercice libéral, sous la forme d’une SELAS ou d’une SELARL.

Contrairement à l’entreprise individuelle, l’exercice d’une activité libérale sous la forme d’une SELAS ou d’une SELARL permet de bénéficier des avantages propres aux formes sociétaires : responsabilité limitée des associés au montant des apports, distinction entre patrimoine personnel et professionnel,…

Ainsi, un orthophoniste peut exercer son activité au sein d’une SELARL ou d’une SELAS, tout en conservant son indépendance.

Quels sont les débouchés du métier ?

S’il ne s’installe pas en libéral, l’orthophoniste peut travailler au sein d’un :

  • Centre de rééducation ;
  • IME ou Institut médico-éducatif ;
  • CMP ou Centre médico-psychologique ;
  • Hôpital (en ORL par exemple) ;
  • Service neurologique ;
  • Service de néonatalogie ;
  • Service de gériatrie.

Quel est le salaire d’un orthophoniste ?

Son revenu mensuel moyen est de 2 500 euros. Après quelques années d’expérience professionnelle, il peut atteindre 3 000 euros. En début de carrière, il peut prétendre à un salaire de près de 1 600 euros mensuels dans la fonction publique.

À noter : les honoraires de l’orthophoniste sont fixés par convention entre la profession et les caisses d’assurance maladie.

Son salaire varie surtout :

  • Du nombre de patients qu’il reçoit ;
  • De sa spécialisation.

S’il travaille au sein d’un service pour personne en situation de handicap, il touche environ 1800 euros. Les professionnels libéraux gagnent mieux leur vie. Souvent, les orthophonistes qui évoluent dans le secteur privé obtiennent également une meilleure rémunération.

Quelles possibilités d’évolution pour l’orthophoniste ?

L’orthophoniste peut se spécialiser :

  • Dans la rééducation des troubles liés à des lésions localisées ;
  • Dans l’apprentissage de la voix œsophagienne ;
  • En pédiatrie ;
  • Dans le traitement des surdités.

À l’issue d’une formation spécialisante, il peut décrocher un :

  • DU autisme et troubles associés ;
  • Master neuro-prothèses motrices et sensorielles ;
  • Diplôme interuniversitaire déficience intellectuelle – handicap mental.

Après avoir exercé le métier pendant cinq ans, il est également possible de préparer un diplôme de cadre de santé en une année. Il peut aussi occuper un poste de directeur de soins, s’installer en auto-entrepreneur ou encore devenir formateur.

FAQ

Comment se déroule une séance d’orthophonie ?

Sa nature dépend surtout du trouble à traiter. Une séance dure généralement une trentaine de minutes pour un problème d’articulation. S’il s’agit d’un trouble handicapant (surdité par exemple), elle peut aller jusqu’à une heure. Concernant le diagnostic orthophonique, il s’établit à partir :

  • D’un entretien avec le patient et sa famille ;
  • D’une évaluation des déficits et des capacités.

Comment trouver rapidement un orthophoniste ?

Pour se faire consulter rapidement, il est conseillé de prendre rendez-vous en ligne. Pour en obtenir, il faut avoir une ordonnance d’au moins six mois, libellée par un médecin généraliste ou un :

  • Pédopsychiatre ;
  • Pédiatre ;
  • Neuropédiatre.

Où se former pour devenir orthophoniste ?

Pour devenir orthophoniste, l’étudiant peut suivre une formation au sein de la Faculté des sciences médicales et paramédicales, à l’Université d’Aix-Marseille ou bien de l’UFR :

  • Sciences de la santé à Besançon, à l’Université de Franche-Comté ;
  • De Médecine - Campus Pasteur, à l’Université Côte d’Azur ;
  • Santé à l’Université de Caen Normandie.

Créer votre SELARLCréer votre SELARL

Co-fondateur LegalPlace, Mehdi est diplômé du magistère DJCE et avocat. Il a exercé plus de 12 ans au sein de cabinets anglo-saxons et français en droit des sociétés, fusions-acquisition et capital investissement.

Dernière mise à jour le 23/07/2021

Social Share

Co-fondateur LegalPlace, Mehdi est diplômé du magistère DJCE et avocat. Il a exercé plus de 12 ans au sein de cabinets anglo-saxons et français en droit des sociétés, fusions-acquisition et capital investissement.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments